La loi sur l’opposition adoptée par le Sénat - Madagascar-Tribune.com

06/11/2022 Par acomputer 503 Vues

La loi sur l’opposition adoptée par le Sénat - Madagascar-Tribune.com

La boucle est bouclée. La proposition de loi du député Brunellle Razafitsiandrofa, modifiant certaines dispositions de la loi sur l’opposition, a été adoptée au niveau du Sénat, près de deux ans après son adoption auprès de l’Assemblée nationale. Les opposants auront certes leurs places au niveau du parlement, mais seule une opposition parlementaire, c’est-à-dire, un député ou un sénateur aura un statut officiel. Ce titre ne peut donc être confié à une autre personnalité politique non élu.

Principalement visé par ce nouveau texte, Marc Ravalomanana, qui depuis la présidentielle de 2018, devrait alors être réduit au silence. Après sa défaite lors de cette élection, face à Andry Rajoelina, il s’est positionné en tant que chef de file de l’opposition, réclamant même à un certain moment la place de l’opposition au sein du parlement, conformément à la loi adoptée en 2011 par le régime transitoire.

De retour au pouvoir en 2019, Andry Rajoelina et ses partisans, à l’instar du député Brunelle Razafitsiandraofa, ont soumis une proposition de loi modifiant les textes relatifs au statut de l’opposition. Les textes initiaux indiquaient que tous les partis de l’opposition désignent leur chef sur concertation.Une sorte de concertation des partis de l’opposition a même été tenue, désignant l’ancien président de la République, Marc Ravalomanana, donnant également naissance à la plateforme des partis de l’opposition RMDM.

La loi sur l’opposition adoptée par le Sénat - Madagascar-Tribune.com

Majoritaire à la chambre basse, la plateforme des partis politiques avec le président Rajoelina, a adopté les modifications apportées par Brunelle Razafintsiandrofa en 2019, mais la proposition de loi s’est heurtée avec la férocité des sénateurs de l’époque majoritairement acquis à la cause de l’ancien président Ravalomanana à la suite de la débâcle du HVM de Hery Rajaonarimampianina au premier tour de la présidentielle en 2018.

Il a fallu attendre le renouvellement des membres du Sénat qui a pris ses fonctions cette année, et qui est majoritairement composé des membres des partis proches de l’actuel président de la République, pour que le texte passe ainsi à la chambre haute. A l’instar de l’adoption de cette proposition de loi, beaucoup d’observateurs politiques estiment qu’aucun blocage ne devrait plus inquiéter les sénateurs et les députés qui marchent dans la majorité avec le régime actuel. Reste à savoir la capacité des dirigeants à mener au bon port le bateau.