L’hiver nous réchauffe le moral Sujets connexes

19/08/2022 Par acomputer 465 Vues

L’hiver nous réchauffe le moral Sujets connexes

La chaleur de l’enfance

Fervente adepte des promenades hivernales en forêt, Elise, 38 ans, évoque pêle-mêle Noël, l’odeur de cannelle, les gants de laine mouillés, le grand champ bleui par le givre dans lequel elle galopait avec ses frères. « Je revois ma grand-mère s’affairant dans la cuisine, les sablés sur lesquels nous nous jetions en rentrant, je sens encore l’odeur du sapin qui flottait dans la maison. » Pour la psychanalyste Isabel Korolitski, la plupart des amateurs de froid associent l’hiver et Noël, consciemment ou non. « Cette fête évoque la chaleur, la lumière, le réconfort. Il y a aussi quelque chose de l’ordre de l’enfance honorée, qui vient toucher l’enfant en nous, quelle que soit notre religion. »

Tout aussi émue qu’Elise, Lucile, 35 ans, parle de l’odeur du feu de bois mêlée à l’eau de pluie qui la surprend parfois à Paris, au détour d’une rue, et qui la ramène aux hivers de son enfance en Auvergne. « La nuit tombait brutalement autour de la maison. Avec ma sœur, nous avions la permission de dîner dans notre chambre que nous avions transformée en tipi. » « La notion de sécurité ou d’insécurité est centrale dans le goût pour le froid, analyse Isabel Korolitski. Dans le rejet de l’hiver, on retrouve une angoisse existentielle, celle de la lumière qui ne reviendra plus. Le froid est associé au noir, au royaume des ombres, aux cauchemars. »

L’hiver nous réchauffe le moral Sujets connexes

Les amateurs de rigueurs hivernales seraient-ils moins angoissés que les fans des tropiques ? « Peut-être pas, mais ils ont un antidote à leur disposition : la lumière du foyer leur permet de savourer l’extérieur sans se sentir menacés. » Dedans-dehors, ils savourent les deux mondes en alternance.