Docteurs et étudiants sous l’Ancien Régime
21/09/2022 Par acomputer 192 Vues

Docteurs et étudiants sous l’Ancien Régime

En hommage à Jacques KUBLER

Il est commun de dire que la valeur d’un diplôme est fonction de la valeur personnelle de celui qui le reçoit, mais il n’est pas douteux que la science des impétrants mise à part, certains diplômes ont une valeur par eux-mêmes. Il suffit de les citer pour faire immédiatement rejaillir sur celui qui le possède tous les honneurs dus à un titre prestigieux. Il en est ainsi de certains diplômes scientifiques et littéraires ; il en est incontestablement de mêmes du doctorat en droit.

Et pourtant qui, parmi les docteurs en droit, à juste raison fiers du titre qu’ils portent et qu’ils cherchent à imposer au milieu des diplômes de toutes sortes, en connait la lointaine origine et les illustres honneurs qui jadis étaient attachés à ce grade ? Qui sait le rôle éminent dévolu aux docteurs en droit sous l’Ancien Régime ?

Docteurs et étudiants sous l’Ancien Régime

Pour les docteurs en droit, une telle étude historique répond moins à un sentiment de vague curiosité qu’à une légitime fierté pour un titre qui, vieux de plus de huit siècles, est le couronnement des études juridiques et un grade de choix dans l’Université.

LES FACULTES DE DROIT, MAITRES

I.-L’ORIGINE DES FACULTES DE DROIT ET LEUR HISTOIRE SOUS L’ANCIEN REGIME