Du rembourrage sous les vêtements : une mannequin révèle l'envers du décor des modèles grande taille

Du rembourrage sous les vêtements : une mannequin révèle l'envers du décor des modèles grande taille
19/09/2022 Par acomputer 132 Vues

Du rembourrage sous les vêtements : une mannequin révèle l'envers du décor des modèles grande taille

Des "normes irréalistes" et impossibles à atteindre. Voici le message que fait passer dans une vidéo postée sur le réseau social Tiktok Karoline Bjørnelykke. Elle dévoile ainsi le secret des mannequins "grande taille" aux Etats-Unis : le rembourrage.

Des corps "grande taille" mais des visages fins

Cette modèle de 25 ans, qui fait une taille M, soit un 38, est elle-même considérée comme une mannequin grande taille. Seulement, avec son M, elle doit incarner des corps qui porteront des vêtements de tailles allant du XL au 5XL, comme elle l'explique dans sa vidéo. Alors pour remplir les habits, on lui fournit de la mousse, qu'elle glisse contre sa peau pour paraître plus en chair.

Pourquoi un tel subterfuge ? "Si l'on aime le visage d'un mannequin mais qu'il est trop mince, on peut arranger ça avec du rembourrage, explique-t-elle à Brut. "C'est parce qu'ils veulent un visage et un cou qui soit mince et anguleux, ce qui crée non seulement des normes irréalistes mais aussi impossibles à atteindre", dénonce-t-elle sur Tiktok.

Du rembourrage sous les vêtements : une mannequin révèle l'envers du décor des modèles grande taille

Pour Brut, elle détaille : "le critère n°1 dans le mannequinat c'est d'avoir des traits très dessinés. Si vous êtes en surpoids, ça se verra aussi sur votre visage, c'est juste naturel. Mais même les marques grande taille veulent des visages fins".

Épingler les vêtements dans le dos

Une hypocrisie que dénonce donc cette mannequin, qui explique qu'après avoir procédé au rembourrage, il lui arrive parfois d'épingler les vêtements dans le dos afin qu'ils paraissent plus près du corps sur elle.

Dans le monde du mannequinat, au-delà du 36, une femme est considérée comme appartenant à la catégorie des "grandes tailles". Désormais, Karoline, qui a démarré sa carrière à 15 ans dans le monde de la haute couture et a souffert d'anorexie, refuse les contrats qui lui demandent de porter du rembourrage et lance un appel pour que désormais, les marques grande taille aient réellement recours à des mannequins grande taille pour incarner leur image.