Dix bonnes raisons de venir au Sénégal
02/11/2022 Par acomputer 114 Vues

Dix bonnes raisons de venir au Sénégal

L’Afrique pourrait faire peut si l’on n’écoutait que les informations alarmistes des grands médias occidentaux. Mais tout va bien au Sénégal : la saison touristique a fait le plein et l’année prochaine s’annonce très bonne, les hôteliers sont contents et les guides touristiques aussi. Nous avons maintenant un aéroport international flambant neuf et de belles autoroutes, les baobabs arborent leurs pains de singe et les oiseaux gazouillent dans le ciel bleu.

Alors si vous hésitez encore, voici quelques raisons de venir nous voir.

Il fait beau et il y a des couleurs

Ici il fait beau, mais on le dit jamais parce que c’est toute l’année. Jamais on ne consulte la météo parce que le temps de demain ressemble à celui d’hier. Ça n’est jamais un sujet de conversation, sauf en hivernage, courte période pendant laquelle la nature éclate de mille parures.

Et il y a des couleurs : celles de la mer et du ciel, des bougainvillées, des grands boubous, des pirogues et des charrettes, des feuilles de baobabs, de la latérite, des murs des maisons de Gorée et de Saint-Louis, de la mangrove, des merles métalliques...

> Le climat et la météo

C’est un peu la pagaille, mais c’est sympa

Nous autres Sénégalais, on a beaucoup de défauts : nous sommes hâbleurs et un peu roublards, nous ne respectons pas beaucoup les règles et ne sommes ni très organisés ni prévoyants, nous parlons beaucoup, aimons être bien habillés et avoir un grand mouton pour la Tabaski.

Alors, forcément, c’est un peu la pagaille. Les bus ne partent pas toujours à l’heure, les taxis peuvent tomber en panne, c’est pas toujours facile de programmer un truc de façon hyper précise, il y a très souvent un imprévu.

Mais nous sommes sympas. Jamais on ne vous laisseratomber, on va se débrouiller, y a pas de problème. On t’invitera chez nous, on te présentera la famille, tu partageras notre repas et tu boiras le thé avec nos copains. Et jamais non plus on ne t’oubliera, même des années après.

C’est vivant

Ici on vit dehors et c’est là qu’est le spectacle. Posez vous sur un trottoir de Dakar, à l’ombre de préférence, et regardez, on ne s’en lasse pas. Du monde partout d’abord : des jeunes et des vieux, des cadres en cravate, des jeunes filles sapées, des femmes avec un panier de poissons sur la tête, un gars qui vend des enjoliveurs dans les embouteillages, un autre qui promène un mouton. Et un jeune apprenti plein de cambouis qui tente de faire redémarrer un gros 4x4, des ouvriers qui montent des briques sur le trottoir, une charrette à bras pleine de pastèques, un vendeur de lunettes Ray Ban et de montres Rolex, un aveugle aidé par un enfant. Ça grouille, c’est vivant et plein d’odeurs.

Il y a plein de choses à faire

Si vous en avez assez de vous prélasser sur une plage sous les cocotiers, pas de panique, vous pouvez faire autre chose : vous promener en pirogue dans la labyrinthe des bolongs du Saloum, pêcher au gros ou à la palangrotte, faire du VTT à la Somone ou dans les rizières de Casamance, circuler en calèche dans la vieille ville de Saint-Louis, remonter le fleuve Sénégal jusqu’à Podor sur un bateau, faire du quad sur la plage du lac rose, une balade en dromadaire dans le désert de Loumpoul, de l’’accrobranche dans les baobabs à Sindia, observer les hyènes à Palmarin, les hippopotames sur le fleuve Gambie, des milliers d’oiseaux au Djoudj, découvrir des villages perdus au pays Bassari.

Dix bonnes raisons de venir au Sénégal

Et surtout rencontrer des gens qui vous saluent et qui sourient.

> Découvrir le Sénégal

Il y a plein d’événements

Le Sénégal ça bouge et ça invente. Il y a des festivals, des concerts, de la musique et de la danse, des traditions, des artistes. En pagaille et dans toutes les régions. Bientôt ce sera la fête de la musique, le festival Duo Solo Danse à Saint-Louis, puis la fête des récoltes à Oussouye. On a le Festival du Sahel à Loumpoul, la Biennale des arts tous les deux ans, la lutte sénégalaise dans le Saloum et en Casamance, des défilés de mode. Vous pouvez voir des expositions, apprendre à danser ou aller au cinéma, vous initier à la peinture sous verre ou à la frappe du djembé, participer à un dîner débat.

> Agenda

C’est une vraie démocratie

Le Sénégal, c’est comme la France, c’est une vraie démocratie. On passe son temps en campagne électorale, les politiciens tiennent des meetings et font des discours plein de promesses qu’ils tiennent peu, on vote dans le calme. Et après on passe sontemps à critiquerceux qu’on a élus. On lit avec avidité tous les journaux, surtout ceux qui propagent des rumeurs, on discute et on refait le monde au coin du kiosque ou dans un car rapide.

Nous en sommes à notre quatrième président de la République. Tous ont été élus démocratiquement.

> Les institutions de la République du Sénégal

Il n’y a pas plus de maladie qu’ailleurs

Il y a eu moins de cas d’Ébola au Sénégal qu’aux États Unis ou en Espagne. Ici il n’y a pas de grippe alors qu’elle décime des milliers de personnes en Europe. Il y a le palu, mais on peut s’en protéger. Le Sénégal a un excellent système de santé et le suivi des maladies contagieuses est rigoureux, les médecins sont compétents, les hôpitaux bien équipés.

> La santé au Sénégal

Il n’y a pas de fous de Dieu

Ici pas d’État islamique, d’Al Qaïda ou autres terroristes qui violent, pillent et assassinent au nom d’une prétendue parole divine.

Ici nous avons des musulmans, des chrétiens et d’autres qui croient à des choses un peu mystiques. Tout se mélange un peu, y compris au sein d’une même famille, les gris-gris côtoient les chapelets. Les mosquées servent à la prière, pas à endoctriner les jeunes, les cathédrales et les églises sont pleines le dimanche, les femmes ne sont pas voilées, on a le droit de boire de la bière et de manger du porc si on a envie. Les imams rendent visite aux curés, les cimetières peuvent être partagés. Les boîtes de nuit et les bars sont pleins le samedi soir. La République est laïque.

> Les religions et les croyances

Le Sénégal est au centre du monde

À la pointe occidentale de l’Afrique, à quelques heures de l’Europe et encablures du Brésil, le Sénégal a une position géographique privilégiée. Alors les gens viennent de partout, ça brasse, ça se mélange et c’est bien.

Toutes les agences des Nations unies sont présentes et toutes les coopérations. Ça nous aide pas forcément, mais les grosses voitures climatisées, c’est joli à regarder passer dans la rue.

Il y a des Libanais, des Européens, des Guinéens, des Maliens, des Mauritaniens, des Cap-verdiens, des Ivoiriens, des Canadiens, des Chinois, des Russes, des Turcs, des Américains... Et tous échangent et mêlent leurs cultures.

Et aussi

On peut acheter les cigarettes à l’unité, c’est pratique pour limiter sa consommation ou quand il ne reste plus que quelques pièces. C’est pareil pour la dose de café, les bonbons, le sucre...

Il y a plein de grands projets qui, comme partout ailleurs, ne servent pas à grand chose, mais on en entend parler à la télévision : on a eu la Stratégie de croissance accélérée, maintenant c’est le Plan Sénégal émergent. L’accélération ne s’est peut-être pas faite dans le bon sens...

Le téléphone et l’internet marchent partout. Les recharges téléphoniques s’achètent facilement dans toutes les boutiques, le Wi-fi est présent dans les bars et les hôtels et la plupart des gens sont sur les réseaux sociaux.

Mac Donald n’existe pas. Mais par contre on peut manger un délicieux tieb u dien dans une gargote pour moins cher, ou du mafé, du poulet yassa, du soupou kandja. On peut tremper sa tartine de mayonnaise dans son café le matin au tangana du coin de la rue. On peut manger du mouton grillé à la dibiterie. La nourriture est excellente et variée.

On parle bien le français, avec quelques nuances, normal c’est la Francophonie : on dit angueul pour parler d’une intersection, on achète des moussoirs à la bitik, on dure quand on est là depuis longtemps et on dit grawoul parce que rien n’est jamais très grave.

Voila, c’est ça le Sénégal.