La pharmaceutique Duchesnay vendue à un de ses employés

La pharmaceutique Duchesnay vendue à un de ses employés
08/07/2022 Par acomputer 242 Vues

La pharmaceutique Duchesnay vendue à un de ses employés

L’entreprise pharmaceutique familiale Duchesnay, bien connue pour ses médicaments destinés à la santé des femmes, vient de vendre ses cinq sociétés à l’un de ses employés, Éric Gervais, qui en devient l’actionnaire majoritaire et le nouveau président.La pharmaceutique Duchesnay vendue à un de ses employés La pharmaceutique Duchesnay vendue à un de ses employés

Publié le 11 nov. 2021
Isabelle DubéLa Presse

« Avec la pandémie, on a compris à quel point on veut devenir plus indépendant sur le plan de la production pharmaceutique. C’est clair que c’est une grosse victoire pour le Québec d’avoir pu garder Duchesnay ici, au Québec, à Blainville », affirme avec enthousiasme au téléphone Éric Gervais, ancien vice-président directeur devenu président.

Biologiste de formation, Éric Gervais, qui travaille au sein de l’entreprise depuis 29 ans, n’aurait jamais imaginé qu’un jour, il en deviendrait propriétaire. « Ce n’était pas dans mes plans d’acheter des sociétés que j’ai moi-même développées avec l’équipe », dit-il. Or, quand il a su que la famille Boivin voulait s’en départir, Éric Gervais a senti qu’il n’avait pas le choix de foncer.

En réunion avec la haute direction, j’ai dit : “Ce n’est pas vrai qu’on va laisser partir ça dans des mains étrangères. C’est vraiment un beau joyau qu’on a. C’est rare, une multinationale pharmaceutique québécoise où le siège social est ici, où toutes les décisions se prennent ici.”

La pharmaceutique Duchesnay vendue à un de ses employés

Éric Gervais, nouveau président de Duchesnay

Blainville possède aussi une importante usine de fabrication de produits pharmaceutiques ayant des droits d’exportation dans plus de 50 pays.

L’entrepreneur a donc demandé de l’aide à la Banque de développement du Canada (BDC), qui n’a pas hésité à embarquer dans le projet pour l’acquisition des cinq sociétés : Duchesnay et Duchesnay USA, consacrées à la santé des femmes enceintes et ménopausées, Médunik et Medunik USA, spécialisées dans le traitement des maladies rares, et Analog Pharma dans celui des médicaments orphelins.

Avec d’autres membres de la direction, Éric Gervais met la main sur les entreprises de la famille Boivin, active dans le secteur pharmaceutique depuis 1955. Les Boivin ont notamment fondé l’entreprise de médicaments génériques Pro-Doc, qu’ils ont vendue à Jean Coutu, en 2007. C’est Louis Boivin qui avait fait l’acquisition de l’entreprise canadienne Duchesnay en 1970. Les cinq sociétés de Duchesnay étaient présidées par Pierre Boivin.

Nouvelles ambitions

D’ici 5 ans, le nouveau président compte faire passer le chiffre d’affaires de 185 millions de dollars à 350 millions, le nombre d’employés de 100 à 150, et exporter dans plus de 50 pays.

« On a un plan de fabrication qui est incroyable. C’est rare d’être approuvé aux États-Unis, par l’Europe, Singapour et la Corée du Sud. On a réussi à gagner nos lettres de noblesse au niveau de notre plan de fabrication », explique-t-il.

Les revenus proviennent à 90 % du secteur de la santé des femmes et à 10 % des maladies orphelines. Éric Gervais et son équipe prévoient changer la donne avec un tiers voué à l’exportation, un tiers à la santé des femmes et le dernier tiers aux maladies orphelines.

Stratégie ingénieuse pour les maladies orphelines

C’est pour développer ce dernier tiers qu’Éric Gervais a élaboré une stratégie de développement ingénieuse. L’une des cinq sociétés du Groupe Duchesnay, Médunik, a été créée pour importer des médicaments d’Europe destinés à soigner des maladies rares, mais auxquels les Canadiens n’ont pas accès.

Le marché canadien étant ce qu’il est – seulement 2 % du marché mondial – et la vision européenne des affaires voulant absolument conclure des ententes plus lucratives qui englobent l’Amérique du Nord au complet, Éric Gervais a eu l’idée de créer Medunik USA.

« On est devenus plus crédibles aux yeux des Européens, parce que maintenant on est capables d’offrir une aventure nord-américaine. Je leur ai donné ce qu’ils voulaient pour être enfin capable d’amener des médicaments innovants au Canada. »

Pour l’instant, Médunik compte trois médicaments dans son portefeuille tandis que Duchesnay en a dix. En 2022, un médicament contre la ménopause et un autre contre la vaginose bactérienne seront disponibles, puis deux autres en 2023.