Voici à quoi ressemble la perte des eaux

03/03/2023 Par acomputer 452 Vues

Voici à quoi ressemble la perte des eaux

Le liquide amniotique baigne le bébé durant 9 mois dans une douce chaleur propre à la gestation du tout petit mammifère. Il est composé d’un mélange d’eau et d’électrolytes à 99% et son volume varie au cours de la grossesse : 20 ml au début de la grossesse, pic à 1000 ml à la 34ème semaine et 800 ml à terme. La poche des eaux est un milieu totalement stérile

Nous avons voulu connaître les différentes manières dont cette poche peut se rompre, ou pas, et surtout la manière dont les mamans l’ont vécu. Suite à un appel à témoignages que nous avons lancé, vous avez été nombreuses à nous répondre. Voici un petit florilège de vos histoires.

Quand la rupture de la poche des eaux annonce le début de l’accouchement

La poche des eaux, une fois son rôle de nid et de câble d’alimentation accomplie, devient, pour certaines, un signal d’alerte pratique annonçant que le travail a commencé :

“Pour ma première grossesse j’ai perdu les eauxle matin à 4h40. S’en est suivies de grosses contractions et moins d’une heure après bébé était là” Mélanie

“Pour ma deuxième et dernière grossesse (pour l’instant) petit passage obligatoire aux WC avant de partir dans une grande surface faire une photo avec le père Noël pour mon aîné et au moment de me relever… oups je me rassois direct...euh c’était quoi ça? Je demande à mon fils de m’apporter mon portable pour prévenir le papa. Je suis restée assise sur les WC le temps que ma mère arrive pour garder mon fils. Toujours pas de contractions. Arrivée à la maternité en début d’après-midi les contractions se sont faites intenses tout de suite et bébé est né à 17h.” Mandy

“Réveillée vers 5h par une envie d’aller aux toilettes, j’y vais. Je me recouche mais ça coule encore. Au début je pensais faire pipi sur moi. Je me lève et ça coule toujours, donc j’ai compris... je perdais les eaux. Ça coulait ça coulait... j’ai dû mettre une serviette de bain et me balader avec partout dans la maison. J’ai appelé la maternité, ils m’ont dit de prendre une douche et de venir tranquillement.” Leatitia

Parfois, la perte des eaux, c’est à dire la poche qui se rompt a même été entendue ou ressentie comme un éclatement par le corps :

“Pour mes deux grossesses j'ai perdu les eaux sans avoir aucune contractions. Pour ma deuxième j'ai même entendu la poche se déchirer dans mon ventre.” Estelle

“Pour mon dernier accouchement qui date du 14 mars 2018, j'ai perdu les eaux à la maison le 13 marsà 20h après avoir ressenti une contraction assez piquante. J'ai bien senti comme quelque chose qui lâchait (qui éclatait même) puis de l'eau chaude entre mes jambes. J'étais assise sur mon lit et me suis immédiatement levée et de l'eau a continué à couler sur le sol.Les contractions ont débuté tout de suite après. D'abord légères, vers minuit elles sont devenues insupportables. Ma fille, Romy est née sans péridurale à 3h42 le 14 mars 2018.” Eloise

Voici à quoi ressemble la perte des eaux

Si on peut penser que la perte des eaux est intrinsèquement et obligatoirement préalable à l’accouchement, ce n’est pas le cas pour toutes et certaines ont fait de nombreux enfants avant de connaître ce phénomène, d’autres encore ne l’ont jamais connu :

“Maman de 7 enfants j'ai perdu les eaux juste pour mon septième et dernier accouchement. Avant la pose de la péridurale je me relève pour me mettre assise et là je sens quelque chose couler. Ne sachant pas ce que c'était, c'est la sage-femme qui me dit : “Bah vous perdez les eaux!” J’ai enfin pu connaître ce que c'était ... beaucoup d'émotions car en plus de ça ce fût ma première fille.” Anita

“Je n’ai pas perdu les eaux pour mes deux accouchements et je n’ai jamais compris pourquoi.” Karine

La perte des eaux : quand les futures mamans ont besoin d'un coup de pouce

Certaines mamans ne vivent jamais cette fameuse “perte des eaux”. Le travail se met en route spontanément sans que la poche ne se perce. En revanche, s’il n’avance pas suffisamment et que l’accouchement tarde, le personnel de la maternité va procéder à une rupture artificielle de la poche, que l’on appelle aussi amniotomie. Une procédure que les futures mamans redoutent mais qui n’est en réalité pas douloureuse du tout. Au cours d’un examen vaginal, la sage-femme va utiliser un perce-membrane pour permettre au liquide de s’écouler. À la suite de la manoeuvre, les contractions vont alors s’intensifier.

Les professionnels de santé s’opposent toutefois sur l’utilité de cette rupture artificielle. L’HAS (Haute autorité de santé) précise par exemple dans ses recommandations qu’une amniotomie pratiquée en début de travail n’a pas d’impact sur la durée de l’accouchement et n’est donc pas souhaitable. L'HAS ajoute toutefois qu’elle peut être pratiquée “en phase active de travail si la vitesse de dilatation est inférieure à 1cm/4h entre 5 et 7 cm.”

Parmis les mamans qui ont accepté de témoigner, nombreuses sont celles à avoir subi une rupture artificielle de la poche des eaux :

“Début de contraction à 2h du matin. Arrivée à la maternité à 6h sans avoir perdu la poche. Finalement il me l’ont percée à 9 centimètres.” Olivia

“J'ai accouché 4 jours en retard, la première membrane a été percé le 25 septembre à 2h du matin et on a du percer la deuxième à 4h. Une magnifique petite fille de 3 kg 9 est née à 13h40 du nom de Romane. Quand on perd les eaux c' est une sensation étrange comme si on faisait pipi mais sans savoir s'arrêter” Mazarine

Ces témoignages montrent bien la variabilité de la perte des eaux, de la même manière que chaque femme est différente, l’expulsion du liquide amniotique dépend de chacune… sans qu’on sache vraiment pourquoi. Si 10 % des femmes qui perdent les eaux n’entrent pas immédiatement en travail, 80 % des femmes qui les ont perdues ont commencé à accoucher dans les 24h qui suivent. Parfois la rupture de la poche des eaux intervient trop tôt dans la grossesse et peut conduire à un accouchement prématuré. Pour retarder au maximum l’accouchement, une hospitalisation est nécessaire.

En tout cas, ce liquide englobée par deux membranes et cadenassé par le col de l’utérus, est le premier protecteur de votre enfant, avant vous-même. C’est lui qui permet au foetus d’être totalement protégé des germes et autres petites choses dangereuses pour un petit qui vit dans cet espace privilégié qu’est votre ventre. C’est pour ça que la perte des eaux doit sonner le tocsin du départ pour l’hôpital : même si vous n’allez pas forcément accoucher dans la seconde, le bébé n’est plus à l’abri de toute infection extérieure.

Enfin, le liquide amniotique se distingue de l’urine ou des pertes par plusieurs caractéristiques : d’abord il est incolore et inodore, il est chaud et surtout il est liquide, comme son surnom l’indique.. à la manière de l’eau.

Rupture prématurée de la poche des eaux : quels sont les risques ?

Parfois la rupture de la poche des eaux intervient trop tôt dans la grossesse. Avant la 37ème semaine de grossesse, il existe à la fois un risque de naissance prématurée mais aussi d'infection du foetus. La conduite à tenir va dépendre du terme de la grossesse. Avant 33 semaines, le bébé court un vrai risque et une hospitalisation dans une maternité de niveau 3 s'impose afin d'accélérer la maturation des poumons par des piqûres de corticoïdes. Au-délà, bébé peut normalement respirer seul mais la future maman devra tout de même être prise en charge dans une maternité disposant d'un service de néonatalogie et placée sous antibiothérapie.

Et le bouchon muqueux alors ?

Il arrive fréquemment que les futures mamans confondent la perte du bouchon muqueux, dont le rôle est de fermer le col de l'utérus, avec la rupture de la poche des eaux. Il peut facilement être confondu avec des pertes vaginales et sa texture est très variable, parfois glaireuse et teintée de sang. La perte du bouchon muqueux ne signifie pas que l'accouchement est imminent et n'expose pas le foetus au même risque d'infection. En revanche, si elle se produit en fin de grossesse et s'accompagne de contractions régulières, prenez le chemin de la maternité sans attendre !