25 septembre 1980, disparition de John “Bonzo” Bonham - Rolling Stone

25/09/2022 Par acomputer 439 Vues

25 septembre 1980, disparition de John “Bonzo” Bonham - Rolling Stone

Batteur mythique du non moins mythique Led Zeppelin. La disparition de John Bonham entérine la fin de l’un des plus grands groupes de rock’n’roll de l’histoire. Hommage

John Bonham, membre mythique de Led Zeppelin, est considéré comme l’un des plus grands et influents batteurs de rock de tous les temps. Bonham est né le 31 mai 1948 et mort le 25 septembre 1980 à l’âge de 32 ans.

On ne peut pas parler de la fin de LedZeppelin – on ne peut pas parler de façon éloquente de LedZeppelin en bien ou en mal– sans prendre en compte John Bonham. D’une certaine façon, il était le centre de l’histoire du groupe etla force qui propulsait sa musique. Bonham avait grandi un verre à la main dans le Black Country et se retrouva sur une scène musicale où, à l’époque, on buvait beaucoup. Le problème était que Bonham était alcoolique au plus haut degré. Beaucoup le décrivaient comme le plus chaleureux et réaliste des membres de LedZeppelin quand il était sobre, mais après quelques verres, il pouvait être très agressif. Richard Cole pensait que le tempérament de Bonham venait de la tension qu’il éprouvait à être loin de sa femme et ses enfants. Dans Mojo, Nick Kent rapporta un souvenir que Bryan Ferry avait d’une nuit en compagnie de Bonham à Los Angeles : “Ferry a raconté que Bonham s’est mis à pleurer et l’a supplié de le ramener à la maison, dans sa famille dans les Midlands, terrifié par son appétit insatiable sur la route.”

Impitoyable

Mais parfois la conduite de Bonham était impitoyable. Un jour, d’après Hammer of the Gods, il tituba hors de la cabine du jet Starship, saoul, attrapa une hôtesse de l’air et annonça qu’il comptait la violer. Grant et Cole durent le ceinturer. Une autre fois, Bonham débarqua dans le bar rock le plus célèbre de L.A., le Rainbow, but dix Black Russians d’affilée, lança des regards mauvais à l’assemblée et quand une jeune femme le reconnut et lui sourit, il lui donna un coup de poing en plein visage et retourna boire.

25 septembre 1980, disparition de John “Bonzo” Bonham - Rolling Stone

Le 24septembre1980, LedZeppelin se retrouva pour répéter avant la tournée américaine à venir. Bonham avait surmonté sa dépendance à l’héroïne et prenait un médicament pour calmer l’anxiété et la dépression – mais il avait aussi bu de la vodka toute la journée et l’alcool faisait empirer sa déprime. Plant se souvint que Bonham était fatigué et inconsolable : “Il disait, ‘Je ne veux pas faire ça. Tu joueras de la batterie et je chanterai.’ ” Bonham but pendant la répétition jusqu’à ce qu’il soit inutile de continuer à jouer. Puis le groupe se retrouva dans la nouvelle maison de Jimmy Page à Windsor. Bonham but plusieurs doubles vodkas et s’écroula vers minuit. Il fut installé dans une chambre d’amis par un assistant. Le lendemain, dans l’après-midi, John Paul Jones alla réveiller Bonham, accompagné par l’assistant de Plant, Benji LeFevre. Bonham était mort ; il s’était retourné dans son sommeil, avait bu de l’eau, vomi dans ses poumons et s’était étouffé. Jones dit plus tard à Cameron Crowe que sa mort avait l’air “terriblement arbitraire”.

Anéantis

Ils n’en dirent pas plus pendant deux mois, mais tout était alors fini. “C’était si… définitif, dit Plant. Je n’ai jamais pensé à l’avenir du groupe ou de la musique.”

Dans l’histoire de LedZeppelin, il y avait de l’orgueil et des fins tragiques. Il avait des jugements sévères et des sentiments anéantis – certains mérités, d’autres pas. Aussi une sorte d’horrible innocence et d’intensité et, au milieu de tout ça, un génie magnifique.

Il y avait surtout un poids à porter. Robert Plant – le membre du groupe qui semblait avait mûri le plus, mais à quel prix – garda ses distances vis-à-vis de l’histoire et de la musique de Led Zep pendant des années. À l’inverse, Jimmy Page, aimait l’histoire et la musique du groupe et en resta proche. Remasterisant les albums, compilant des lives inédits en CD et en DVD et jouant du LedZeppelin sur scène dès qu’il le pouvait. De son côté, John Paul Jones vit calmement avec sa famille. Il travaille comme arrangeur et producteur et enregistre sans tapage (il a surmonté ses problèmes de drogue en 1983).

Page, Plant et Jones jouèrent ensemble quelques fois après 1980 – au Live Aid en 1985, au 40e anniversaire d’Atlantic Records en 1988 et lors de l’intronisation du groupe au Rock & Roll Hall of Fame en 1995 – mais aucune de ces occasions ne les combla. Pas même ce tout dernier concert en 2007 à l’O2 Arena de Londres en hommage à Ahmet Ertegun. Avec Jason Bonham, fils du regretté John, derrière les fûts. Ils savaient ce qui manquait.

Belkacem Bahlouli