Zemmour à Pleurtuit : récit d'un après-midi sous tension

25/02/2023 Par acomputer 506 Vues

Zemmour à Pleurtuit : récit d'un après-midi sous tension

Par Samuel SauneufPublié lemis à jour le 29 Oct 21 à 20:02
Le Pays Malouin
Voir mon actu

Eric Zemmour est donc venu à Pleurtuit ce vendredi 29 octobre 2021. Pour une conférence dite « culturelle » à l’invitation de l’association souverainiste Aser des bords de Rance et du mouvement rennais Mémoire du Futur, présidé par son ami Reynald Secher.Zemmour à Pleurtuit : récit d'un après-midi sous tension Zemmour à Pleurtuit : récit d'un après-midi sous tension

Zemmour est donc venu et ses opposants aussi. Ils étaient 350, dès 14h30, à maudire le (presque) candidat d’extrême droite à l’élection présidentielle. Citoyens, syndicats, jeunes, moins jeunes, anciens… Ils ont manifesté bruyamment. Mais jamais méchamment.

Entrée discrète

Deux femmes, pancarte à la main, ont bien tenté d’approcher les pro-Zemmour qui faisaient le pied de grue devant l’Espace Delta. Peine perdue. Dialogue impossible entre deux camps qui ne partagent pas la même idée de la France. Ou simplement de la vie. Un pro-Zemmour a fait le chemin inverse, provoquant de jeunes manifestantes : « Fallait pas mettre des dockers les filles, on dirait des fachos. Mais ça va, vous êtes blanches »…

Zemmour à Pleurtuit : récit d'un après-midi sous tension

On en est resté là avant l’arrivée du convoi zemmourien par une entrée plus discrète, sur le côté d’une salle entourée par quelques dizaines de gendarmes. Un cordon militaire séparait les manifestants huant à tout va l’invité du jour.

L’identité nationale est bien évidemment revenue sur le tapis. « On ne peut se parler et s’aimer que parce que nous sommes liés par l’histoire française ». Et « être Français », c’est « s’approprier les bons et mauvais côtés » de l’histoire de France.

Quand il parle culture, Eric Zemmour dénonce « un patrimoine négligé et marginalisé » au profit d’un caste « parisiano mondialiste », adepte d’un art contemporain « laid et déconnecté ».

Et puis est venu le chapitre de l’Éducation nationale. « C’est un gros souci, une des grandes préoccupations des Français ». Une « machine à endoctriner nos enfants » qui impose « ses idées LGBT et islamo-gauchistes ». Ces gens-là, dit-il encore, il faudra « les virer » et rétablir le terme « d’instruction publique. L’éducation, ce n’est pas le rôle de l’État, c’est celui des parents ».

Les manifestants ? Des « braillards »

Il était temps d’en finir et d’enchaîner avec une longue séance de dédicaces. Dehors, les manifestants sont toujours là et ont improvisé « une haie du déshonneur » pour le public de Zemmour qui quitte au compte-gouttes l’espace Delta. Et de ces manifestants qui ont accompagné sa venue, qu’en pense-t-il ? « Je suis le seul à dire la vérité et c’est ça qui les gêne. Ces braillards ne m’empêcheront pas de parler. Ce sont de vrais anti-républicains. Ces gens-là auraient été enfermés par Jules Ferry. Et pire par Robespierre… »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Le Pays Malouin dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Partagez

Le Pays Malouin
Voir mon actu